SEIGNEURIES & POSSESSIONS D'INSTITUTIONS RELIGIEUSES

Sous l’Ancien Régime, le territoire de la paroisse de Saintes est réparti entre plusieurs seigneuries et quelques  domaines ecclésiastiques.  Si les seigneuries ecclésiastiques appartiennent directement au domaine immunitaire des abbayes propriétaires (Lobbes, Ninove), les autres seigneuries saintoises relèvent de la pairie de Lens (Saintes), de la seigneurie d’Enghien (Mussain, Wisbecq), de celle de la Neuve-Rue à Nivelles (Ramelot).

Le régime seigneurial règle alors la vie des manants (c’est-à-dire des habitants de la seigneurie).  Le seigneur ou son représentant détient l’autorité publique, exerce la justice, taxe les habitants.  La seigneurie est l’un des cadres dans lequel se déroulera la vie des Saintois durant près de mil an.

TABLE DES MATIERES :

Possessions d’abbayes et autres institutions religieuses

De nombreuses institutions religieuses possédaient ou ont possédé des terres ou des droits à Saintes.  Ces « domaines ecclésiastiques » étaient souvent allodiaux ou constituaient de petites seigneuries.  Parfois, il s’agissait simplement du droit de propriété sur une exploitation agricole (non seigneuriale) ou sur un ensemble de terres suffisamment important pour constituer un petit domaine foncier que le statut ecclésiastique du propriétaire rendait « particulier ».

Abbaye de Lobbes

L’abbaye de Lobbes était le seigneur primitif du village de Saintes.  Le vaste domaine foncier que l’abbaye possédait est à l’origine de la terre et seigneurie de Saintes.  Au cours du temps, l’abbaye se verra usurper des terres et de nombreux droits mais restera le principal seigneur foncier de la localité.

D’autres abbayes ont également possédé de petits domaines fonciers au sein du terroir saintois.  Certains de ces domaines étaient de véritables seigneuries indépendantes.

Abbaye d’Haumont

Abbaye de Ninove [seigneurie d’Herbecq]

Ordre de Saint-Saint de Jérusalem

Abbaye de Cambron

Hôpital Sainte-Marie de Rebecq

Autres institutions religieuses

  • Le chapitre Sainte-Waudru de Mons et la seigneurie de Ham
  • L’hôpital Saint-Jean de Bruxelles : donation de Hugues du Mont
  • L’hôpital Saint-Nicolas d’Enghien : la ferme du Humbier
  • Le collège des Jésuites de Halle : la ferme de Fournehaut
  • L’hôpital de Mons : le fief de la cense de la Court-au-Bois

 

La Seigneurie de Saintes

Origines et formation (VIIe – XVe siècles)

La réserve seigneuriale

Tenures : héritages et fiefs

Seigneurs de Saintes

 

Les seigneuries secondaires et les arrières-fiefs

Si la seigneurie de Saintes avait rang de seigneurie principale (seigneurie à clocher), d’autres domaines féodaux coexistaient et relevaient d’autres seigneuries que celle de Saintes.

Seigneurie de Mussain

La seigneurie de Mussain, avec haute, moyenne et basse justice, relevaient de la terre et seigneurie d’Enghien.

Seigneurie d’Herbecq

Le domaine ecclésiastique et seigneurial d’Herbecq appartenait à l’abbaye de Ninove.  Il trouve peut-être son origine dans un domaine foncier ayant appartenu jusqu’au XIIe siècle à l’abbaye d’Haumont et certainement aussi dans l’alleu seigneurial qu’y possédait la famille de Herbecq encore au XIIe siècle.

Seigneurie du Pont à Wisbecq

La seigneurie du Pont à Wisbecq, avec haute, moyenne et basse justice, relevaient de la terre et seigneurie d’Enghien.

Seigneurie du Mont-à-Saintes

La seigneurie foncière du Mont-à-Saintes devint propriété de l’Hôpital Saint-Jean de Bruxelles au XIIIe siècle.  Il s’agissait, à l’origine, d’une petite seigneurie foncière.

  • La seigneurie de Mont-à-Saintes

Seigneurie de Ramelot

La seigneurie foncière de Ramelot relevait de la terre et seigneurie de la Neuve-Rue à Nivelles.

 

Régime seigneurial à Saintes

 

Juridiction foncière

Droits seigneuriaux

Exercice de la justice