Les possessions de l’abbaye de Ninove à Saintes avant 1200

Le chartrier, les cartulaires, le Liber Chronotaxis et les chroniques de l’abbaye de Ninove constituent une documentation de premier choix pour étudier la constitution du patrimoine de l’abbaye autour de la curia d’Herbecq et son évolution avant le XIIIe siècle.

L’accord de 1185 avec l’abbaye d’Haumont

Avant la fin du XIIe siècle, les possessions que l’abbaye d’Haumont avait à Saintes (5 manses) passèrent apparemment à l’abbaye de Ninove.  C’est ce que nous suggère un accord de 1185. Celui-ci prévoyait que l’abbaye de Ninove devrait payer annuellement à l’abbaye d’Haumont, vers la fête de saint Luc évangéliste, 5 sous de Nivelles (vraisemblablement 1 sou par manse), en échange de quoi Ninove bénéficierait de la juridiction (dominium) et de tous les droits (ius omne) que l’abbaye d’Haumont avait possédé dans la paroisse de Saintes et en particulier aux environs d’Herbecq.

Les confirmations papales et comtales

La confirmation des possessions et des droits de l’abbaye de Ninove, donnée par le pape Urbain III en 1186, mentionne pour la première fois dans le patrimoine de Ninove des biens à Saintes : « in parochia de Sanctis curtim de hardbec cum terris pratis silvis suis que pertinentiis prout Johanes dedit in elemosinam cum filio suo Waltero quem ad conversionem reddidit ».  Dans la confirmation précédente, qui date de 1178, aucun bien situé à Saintes n’est mentionné.

L’abbaye de Ninove avait donc reçu, avant 1186, tout un domaine, la « curtis » d’Herbecq, avec ses terres, ses prés, ses bois et tout ce qui en dépendait.  Ce domaine lui avait été concédé par un certain Jehan et son fils Walter, lorsque ce dernier décida d’entrer dans les ordres à l’abbaye même.  [→ voir l’article sur la donation de son alleu de Saintes par Jean de Herbecq]

Le lien qui pourrait avoir existé entre les possessions et les droits que l’abbaye d’Haumont avait à Herbecq aux XIe-XIIe siècles et le domaine cédé à l’abbaye de Ninove par Jean de Herbecq reste inconnu.  Sur ce point, les sources ne permettent pas d’y voir clair.

La possession de la Court d’Herbecq (« curtem de Hartbecca ») est confirmée à nouveau par Innocent III en 1198.

En 1201, une confirmation du comte de Flandre et de Hainaut, Baudouin IX, donne davantage de détails : « [1] curiam Hardbeka cum omnibus suis apertinentibiis terris pratis silvis viis pascuis et omne allodium quod Ioahnnes miles et filius eius Walterus habitum religionis suscipientes prefate ecclesie libere in elemonsinam contulerunt [2] terram quoque et omne allodium quod Mattildis habitum religionis suscipiens ecclesie donavit [3] silvam apud Ham quam Clarebaldus miles in elemosinam dedit [4] partem decime apud Berghecen quam Petrus de Saintes in elemosinam contulit item [5] duodecim bonaria nemoris apud Ham que Karolus miles de Haucrois ecclesie dedit par manum domini Petri de Saintes [6] quatuor bonaria terre que Inghelbertus de Adenghem de consensu filii sui Ingelberti in elemosinam dedit ».

Entre la mention de la curia de Roeselare et de celle de Pamel, il est question de la curia d’Herbecq avec toutes ses dépendances en terres, prés, bois, droit de pêche, pâturages et tout l’alleu que le chevalier Jehan et son fils Walter donnèrent en aumône à l’abbaye en prenant l’habit de religieux.  L’acte de confirmation poursuit avec les donations qui sont venues compléter le patrimoine de l’abbaye autour d’Herbecq.  Il s’agit tout d’abord de la terre et de tout l’alleu que Mathilde donna à l’abbaye en prenant l’habit de religieuse.  Il est question aussi du bois de Ham que le chevalier Clarembald donna en aumône, de la partie de dîme à Bierghes que Pierre de Saintes céda en aumône et de 12 bonniers de bois à Ham que le chevalier Charles de Heikruis donna à l’abbaye par l’intermédiaire du seigneur Pierre de Saintes.  Enfin, il est aussi question de 4 bonniers de terre qu’Englebert d’Enghien donna en aumône, du consentement de son fils Englebert.

L’accroissement du domaine

Le domaine de l’abbaye de Ninove à Saintes et dans les environs immédiats est donc constitué, à l’origine, de la juridiction et des droits possédés auparavant par l’abbaye d’Haumont et de l’alleu donné par Jehan de Herbecq et son fils Walter.  Il s’est rapidement agrandi grâce à plusieurs donations ou ventes que les chartes, mais surtout les notices du Liber Chronotaxis, permettent de suivre.

 

Les donations d’Adam de la Court-au-Bois et de Lucie de Trop (1181/1183)

En 1181, le seigneur Adam de la Court-au-Bois (Adam de Silva – Adam de Bosc) vendit à l’abbaye 3 journels de terre et prés à Herbecq.  Cela se fit sous le témoignage du seigneur Jehan [de Herbecq] et de Thomas, cuisinier de l’abbaye.

Cette donation est rappelée à nouveau en 1183.  Il est alors précisé qu’elle s’était faite pour le prix de 9 fertons (1 ferton = valeur de 1/4 de marc).  A cette donation primitive, qu’Adam prit soin de renouveler, il a ajouté, toujours en 1183, un autre pré dont il jouissait jusque là et qui était situé sous la terre d’Herbecq, non loin de la sienne.  Cette nouvelle donation se fit en automne, au Trop, en présence de deux chevaliers, Jean [sous doute de Herbecq] et Gérard [d’Enghien ?], de plusieurs hommes de Trop, de plusieurs hommes de la Court-au-Bois, et de plusieurs autres seigneurs.

A la même occasion, donc en automne 1183, Lucie de Trop céda contre un cens annuel de 12 deniers de Bruxelles un autre pré à Herbecq.  Cela se fit avec le consentement d’Adam de la Court-au-Bois de qui il était tenu.  Après le décès de cette dame, l’abbaye racheta ce cens pour 2 fertons.

Adam du Bois tenait sa seigneurie de la Court-au-Bois en fief du seigneur de Saintes.  On voit ici que ses terres s’étendaient jusqu’au Trop et à Herbecq, mais peut-être ne devait-il pas s’agir de partie de son fief, car l’autorisation de son seigneur (celui de Saintes) aurait alors été nécessaire et elle n’apparaît nulle part.

[Voir les documents inédits]

La donation de l’alleu de Mathilde, nièce de Jehan de Herbecq (1183)

La famille de Jehan de Herbecq semble avoir été largement possessionnée en petits alleux à Saintes et dans les environs.  La donation de l’alleu de Jehan de Herbecq, en 1180, fut complétée, deux ans plus tard, par l’alleu que possédait dans la paroisse de Saintes sa nièce Mathilde, apparemment au moment de prendre l’habit de religieuse.  Tout porte à croire qu’elle était orpheline, car ni son père ni sa mère ne sont cités, contrairement à de proches parents.  Elle devait sans doute aussi être très jeune.

En 1183, Jean de Herbecq (ou de Saintes), accompagné de certains de ses neveux, à savoir Boudouin Span de Denderleeuw, Walterman et Hugues l’Egyptien (ou le Maure), après avoir obtenu le consentement des autres frères ou neveux, vinrent à Ninove, en compagnie de leur nièce et cousine Mathilde, jurer devant l’autel, les mains posées sur les reliques, qu’ils garantiraient la possession par l’abbaye de l’alleu que Mathilde avait hérité, situé dans la paroisse de Saintes, qu’elle avait cédé au monastère.

Il reconnurent, dans la foulée, qu’ils n’avaient aucun droit sur cette terre, que leurs mères – les soeurs de Jehan de Herbecq – avaient déjà reçu leurs parts, et que Mathilde pouvait faire de la sienne ce qu’elle désirait, tout comme chacune d’elles pour la part qu’elles avaient reçue.

Henri de Vieux Moulin (seigneurie située à Lembeek), frère de Jehan [de Herbecq], les frères Gossuin, Olivier et Amaury de Hoesnake, oncles maternels de la jeune fille, firent de même.  Ensuite, tous ensemble avec Mathilde, ils se déshéritèrent de cette terre.

Le même mois, à Lembeek, Helvide, belle-soeur de Jehan de Herbecq, et tous ses enfants, donnèrent leur consentement et se déshéritèrent de ce bien.  Ce fut ensuite au tour de Gertrude et de Christina de Denderleeuw, les soeurs de Jehan de Herbecq, et de tous leurs enfants, de consentir à la donation de leur nièce et cousine Mathilde.

Toujours en 1183, Francon le Loup et son fils Antoine, qui disaient mensongeusement avoir des droits dans la donation de Mathilde, nièce de Jehan [de Herbecq], y renoncèrent pour 2 chapons.  Cette transaction se fit le 4 des ides d’avril, dans la nouvelle église de Ninove.  On ignore à quel titre, familial sans doute (du côté de la mère de Mathilde ?), Francon et son fils élevèrent des prétentions sur l’alleu de Mathilde.

L’année suivante, d’autres prétentions se firent jour.  Bernard de Grand Rieu, un autre neveu de Jehan de Herbecq, s’en pris aux possessions de l’abbaye de Ninove et les contesta.  Il finit par renoncer à ses prétentions dans un acte passé à Binche en mai 1184.  Le même mois, Bernier de Grand Rieu, vint à Saintes pour confirmer la renonciation qu’il avait faite à son père à Binche.  Parmi les témoins figuraient le curé Arnould, mais aussi Gillard [avoué de Saintes] et son écuyer Gillard.

Toujours en mai 1184, dans la chapelle de Renissart, Jehan de Goï céda tout le droit qu’il devait avoir dans l’alleu de Saintes que Jehan [de Herbecq] et sa nièce Mathilde avaient cédé à l’abbaye de Ninove.

[Voir les documents inédits]

La donation de Avina et Rengot de Boutebrugge (1184)

En 1184, Avina et Rengot de Bouterbrugge, frère et soeur, « firent don » à l’abbaye de Ninove d’un journel de terre pour le prix de trois fertons.  Les témoins de cette vente étaient Arnold, curé de Saintes, qui reçu le don au nom de l’abbaye, un chevalier peut-être prénommé Goibel non identifié, et Egeric de Bouterbrugge, vraisemblablement parent des deux vendeurs.  Cela se fit la semaine de la Nativité du Seigneur, sur le couture de Herbecq.

[Voir le document inédit]

La donation de Jordan de Heikruis (1185)

En mai 1185, à Enghien, Jordan de Heikruis (Hautecroix) fit don à l’abbaye de Ninove d’un bonnier de terre et pré situé près de la Curia de Herbecq.  Les témoins de cette donation étaient Gerol [de Mussain ?], Walter d’Enghien et Nicolas son frère, Goselin de Hondsocht, Godescalc de Herne, le prieur Arnold et un frère convers.

[Voir le document inédit]

La donation de terre par Henri de Vieux Moulin et sa famille (1185)

Henri de Vieux Moulin, qui est ensevelit à Ninove, fit don à l’abbaye, du consentement de sa femme Richilde et de leurs enfants, 3 bonniers de terre, pré et bois, en les remettant dans les mains de Gervais de Hondsocht de qui il les tenait en fief.  Ce même Gervais s’engagea à défendre cette donation sa vie durant.

Jehan, fils de cet Henri, et sa mère Richilde firent à cette occasion don de 4 autres bonniers voisins des 3 précédents, situés à « Welveshage », du consentement de Gervais de Hondsocht, pour le prix de 4 marcs de Cologne.  Les deux donateurs et Gervais de Hondsocht s’engagèrent à respecter cette donation de 7 bonniers.  Les témoins furent Godescalc curé de Lembeek, Lambert « Aeditivus », Gérold de Saintes [de Mussain] qui reçu la donation au nom de l’abbaye, Englebert chevalier de Vieux Moulin, Nicolas frère de Gervais, etc.  L’acte fut passé à Lembeek, sur le cimetière, en août 1185.

[Voir le document inédit]

La donation de terres par Gerold de Mussain (ou de Saintes) (1187/1191)

Le seigneur Gerold [de Mussain] fit don à l’abbaye de Ninove à sa mort de 3 journaux de terre ou environ sur le Stenberg, entre la court et le moulin, une partie de trieu au-delà du vivier vers le Trop, et 3 journels du côté de l’antique voie.  La liste de témoin de cet acte, passé à Saintes en 1187 est intéressante.  Le premier cité est le frère de Gerold, Henri.  Viennent ensuite Englebert, seigneur d’Enghien, Gérard [d’Enghien] et deux de ses fils, Adam de la Court-au-Bois, Arnold du Broeck, ainsi que les paroissiens et les échevins de Saintes.

[Voir le document inédit]

La donation de Walter de Kattem (1187)

Le seigneur Walter de Kattem et ses enfants, Hugues et Jehan ainsi qu’une fille, firent donation à l’abbaye de Ninove, pour le salut de leurs âmes et de celles de leurs parents, d’un bonnier de terre sur le Stenberg et là, de tout ce qu’ils avaient en terre, pré, trieu, bois, entre le vivier le l’église de Ninove et le bois de Saint-Pierre vers le Trop et le bois nommé Forest, de même que sa part dans ce bois Forest.  L’acte fut passé à Ninove devant tout le couvent.

Cette donation fut ensuite reconnue à Bierghes.  Ici, les témoins étaient Henri, frère de Gerold [de Mussain], Walter du Pont, Jehan de Ham, Marcel de Bierghes et Gérard, Heni du Translois, les frères Anould et Baudouin de Ham, Gérard de Vroenhof, Eggebert et Gossuin de Kattem, Gossuin du Pont, Adam du Bois.

[Voir le document inédit]

La donation du Bois de Ham par Clarembald [de Ham] (1187)

Clarembald de ham, du consentement de sa femme et des soeurs de cette dernière, ainsi que de leurs enfants, vendit à l’abbaye de Ninove 9 bonniers de bois allodiaux dans la paroisse de Bierghes, le comte de Hainaut Baudouin se portant garant de cette donation.  L’acte fut passé à Binche au mois de janvier 1187.

Le même mois, Clarembard et son épouse, ainsi qu’Etienne, le fils de sa soeur, reconnu cette donation, sous le témoignage d’Englebert, seigneur d’Enghien, de son chapelain Simon, des prêtres Arnould et Nicolas, de Henri Pied de Loup, Jehan et Hugues de Kattem, Adam du Bois, Manasses, Arnould de Wijk, Arnould de Hautecroix et ses 4 fils, les frères Gervais et Nicolas de Hondsocht, Thomas de Hiet, Renekin et Colin de Quenestine.  La soeur de Clarembald, N. de Wisbecq reconnu la donation dans sa propre demeure, Walter, Alexandre, Gislebert et son autre soeur, la reconnu également à Bierghes en présence des témoins qui étaient présents à Saintes lors de la donation de Clarembald.

[Voir le document inédit]

La donation de Berthe, épouse de Rasse de Ham (1189)

En mars ou avril 1187, Berthe, épouse de Rasse de Ham, et ses fils Walter et Henri vendirent et donnèrent en aumône à l’abbaye de Ninove environ 7 bonniers de bois et 1/2 bonnier de prés situés dans la paroisse de Bierghes possédés en alleu.  Henri, frère [de Rasse de Ham] donna son consentement dans les mains du châtelain de Braine-le-Comte.  La transaction se fit à Braine-le-Comte, en présence du comte de Hainaut et de nombreux seigneurs de l’entourage du comte et du Pays d’Enghien : Englebert, seigneur d’Enghien, Baudouin Caron, Eustache de Lens, Henri châtelain de Binche, Boudouin châtelain de Mons, Robert châtelain de Braine-le-Comte, Godescalc maire de Lembeek, Jean le Cornut, Walter et Gérard d’Enghien, ainsi que le fils de ce dernier Englebert, Clarembald de Ham, Impin et Hellin de Oetingen, Arnould de Heikruis et ses fils Jordan et Siger, Renekin de Bierghes, Gervais de Hondsocht, Matin de Saintes, Jean de Kattem, Henri du Mont, Manasses, Godescalc de Herne.  Cette donation fut ensuite reconnue à Enghien, à Bierghes et à Saintes.

Walter et Colin, fils de Rasse de Ham, élevèrent des prétentions sur le pré que Henri, le frère de Rasse et lui-même avaient donné à l’abbaye.  En 1195, à Enghien, ils reconnurent que leurs prétentions étaient injustes et y renoncèrent devant le frère Gérard, Robert châtelain [de Braine-le-Comte], Gérard d’Enghien, Baudouin de Steenkerque, Alexandre de Steenkerque, Hugues de Biévène, Etienne de Hoves, Jean de Kattem et de nombreux autres.

[Voir le document inédit]

La donation d’une partie de la dîme de Bierghes par Pierre de Saintes

 

La donation de 4 bonniers de terre par Englebert d’Enghien (1193)

Englebert, seigneur d’Enghien, donna à l’abbaye de Ninove 4 bonniers d’alleu à Herbecq du consentement de dame Elisabeth et de leurs enfants Englebert et Gisèle, ainsi que d’Ide, épouse d’Englebert.  La même Elisabeth s’engagea également au nom de son gendre et de l’épouse de ce dernier.  Cette transaction fut réalisée à Petit-Enghien en décembre 1193, en présence de Gérard de la Hamaide, Hugues de Biévène, Gérard d’Enghien, Gossuin de Juvri, , Baudouin de Steenkerque, Arnould de Boussart, Vivian du Strihout, du chapelain Gérard et de beaucoup d’autres.  L’abbé de Ninove Mathieu et les frères Damien et Steppon étaient présents.

Quelques jours plus tard, Englebert d’Enghien est décédé et fut inhumé à l’abbaye de Ninove.  Après cette inhumation, la donation fut renouvelée, devant l’autel et en présence de tout le monastère, par son épouse et ses enfants Englebert et Gisèle, ainsi que par l’épouse d’Englebert.  Etaient témoins, Gérard et Arnould de Grimbergen, Impin de Oetingen et Impin son fils, ainsi que son frère Siger, les fils de Gérard d’Enghien, à savoir Englebert et Gérard, Arnould de Heikruis et ses fils, ainsi que ceux qui sont mentionnés plus haut à l’exception de Gérard de la Hamaide.

[Voir le document inédit]

La donation de 12 bonniers de bois à Ham par Charles de Heikruis (1195)

Charles, fils d’Arnold de Heikruis, donna et vendit à l’abbaye de Ninove 12 bonniers de bois, situés dans le bois de Ham sous la juridiction de Pepingen, contre le payement d’un cens de 4 deniers à la fête de saint Jean-Baptiste.  Cette donation se fit par l’intermédiaire de Pierre de Saintes, de qui il les tenait en fief, du consentement aussi de son père Arnould.

 

Vers 1200, le domaine d’Herbecq était en grande partie constitué et avait déjà très fière allure.

 

 

Cet article est encore en chantier !

 

© Luc DELPORTE – 12/11/2017.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *