Le cimetière de Wisbecq

Parallèlement à la construction d’un nouveau cimetière à Saintes, les autorités communales décidèrent de déplacer le cimetière de Wisbecq, encore autour de l’église, vers un endroit plus propice.  Plusieurs endroits furent pressentis pour accueillir ce cimetière.

Le premier emplacement était situé le long du chemin vers Rebecq-Rognon, sur la parcelle D 392 du cadastre.  Celle-ci avait été expertisée par le géomètre-juré Jacques Seghers le 31 juillet 1886.  D’une contenance de 15 ares, elle valait, à raison de 6.000 frs l’hectare, 900 frs.  On ne sait trop ce qui ce passa, car l’enquête commodo et incommodo eut lieu le 1er septembre 1886 et ne semble pas avoir suscité de réaction particulière.  Toujours est-il que ce projet n’aboutit pas.

.

Cimetière Wisbecq plan 02

.

On procéda, ensuite, à l’expertise d’un autre terrains.  Le 16 juillet 1887, le géomètre-juré Alfred Jamart, de Halle, expertisa une parcelle de terre de 12 ares 93 ca (Section D, n° 22e) le long du chemin de Wisbecq à Rebecq, au prix de 5.000 frs l’hectare.  Cette parcelle fut vraisemblablement proposée aux autorités supérieure pour devenir le nouveau cimetière de Wisbecq.

.

Cimetière Wisbecq plan 01

.

Il semble, d’après une lettre du 3 octobre 1887 émanant du Gouvernement de la province de Brabant, que les formalités d’expropriation du terrain pour cause d’utilité publique n’avaient pas été exactement remplies.  Un rapport de l’architecte provincial, Mr Dumortier, a été adressé à la même date à la commune de Saintes, concernant le choix d’un terrain pour l’établissement d’un cimetière au hameau de Wisbecq.  Nous n’avons pas retrouvé ce rapport, mais il semble qu’il  préconisait que l’acquisition du terrain puisse se faire de gré à gré.  Au cas où cela ne serait pas possible, il recommandait de veiller à respecter toutes les formalités prescrites par la loi du 27 mai 1870.

Un troisième terrain fut envisagé.  Le 16 janvier 1888, le géomètre-juré Alfred Jamart, de Halle, expertisa une parcelle de 10 ares (Section D n° 294, couture de Wisbecq, le long du sentier n° 36) en vue de l’établissement d’un nouveau cimetière à Wisbecq, au prix de 5.000 frs l’hectare.

Cimetière Wisbecq plan 03

C’est finalement cette troisième proposition qui fut la bonne.  Le cahier des charges et devis spécial fut approuvé par le Conseil communal de Saintes le 13 décembre 1888, moyennant la somme de 3.600 frs.  C’est l’entrepreneur André Defrijn, de Lembecq, à qui fut adjugé les travaux.

.

Dernière version : 13/07/2013 – © Luc DELPORTE

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *