Commerces et industries à Saintes

On dispose de fort peu de renseignements pour établir les métiers pratiqués sur le territoire même de la commune.

D’après le recensement général des industries et métiers établi en date du 31 octobre 1896, on trouvait à Saintes :

.

Entreprises 

Nombre

Personnel

Ateliers de construction de pièces mécaniques diverses

1

4

Forges de maréchaux-ferrants et de forgerons

2

5

Moulins à vent, à eau et à moteur

2

4

Boulangeries

2

2

Brasseries

1

3

Ateliers de lingerie ou lingères

1

?

Ateliers de confection de vêtements pour femmes ou couturières

10

19

Ateliers de confection de vêtements pour hommes ou tailleurs

4

5

Modistes

1

2

Ateliers de repassage du linge

1

1

Couvreurs en tuiles, en ardoises ou en chaume

3

6

Maçons, carreleurs, cimenteurs, puisatiers, peintres (en bâtiment), décorateurs, tapissiers, vitriers

7

16

Plafonneurs, badigeonneurs

2

?

Débitage de bois

1

?

Fabriques de sabots, sabotiers

5

5

Ateliers de menuiserie

8

10

Ateliers de charonnerie

3

4

Ateliers de tonnellerie

1

2

Ateliers de cordonnerie

4

5

Selliers-bourreliers

1

1

 Total

61

94

.

Les données fournies à ce sujet par le recensement de 1937 sont très incomplètes et ne permettent donc qu’une comparaison prudente avec celles de 1896.

.

Entreprises 

Nombre

Personnel

Fabrique de fromages

1

2

Brasserie

1

3

Boulangerie mécanique

1

3

Electricien-appareilleur

1

2

Atelier de menuiserie mécanique

1

1

Tannerie

1

6

Transports par chaussées

2

7

.

Comme le concluait G.P. Speeckaert, jusqu’à sa Seconde Guerre mondiale, Saintes est une commune principalement agricole, de haut rendement, bien équipée et dont l’activité ne laisse rien à désirer.

Sur toute l’étendue du territoire, un seul hectare était laissé à l’état inculte.  Plus de deux tiers du sol étaient consacrés à la culture des céréales et du fourrage.  Nous y voyons figurer 410 ha de prairies pâturées, ce qui montre l’importance de l’élevage dans la contrée, comme en témoigne d’ailleurs le relevé des animaux de ferme.  Par contre, en raison même de la richesse de sa terre, Saintes  est peu boisé.  En 1929, le recensement nous indique que 50 ha seulement sont recouverts de bois, sur les 1.497 ha exploités dans la commune.

En ce qui concerne la répartition de la main d’œuvre non agricole, il convient de remarquer le nombre très réduit de personnes travaillant dans la branche commerciale.  Le plus grand nombre des habitants de Saintes étaient occupés dans l’industrie, hors de la commune et en ordre principal dans l’industrie des carrières, dans les industries chimiques, où le nombre de femmes égale à peu près celui des hommes, et dans celles des métaux.

.

ARTICLE ENCORE EN CHANTIER

.

Dernière version : 19/07/2013 – © Luc DELPORTE

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *