Les offices seigneuriaux de Mussain

La seigneurie de Mussain avait sa propre juridiction seigneuriale avec une cour échevinale distincte de celle de Saintes, un bailli, un receveur, un greffier, etc.

.

Les baillis de Mussain

  • 1576-1605 : Jean Colins [R. GOFFIN, Généal. engh., 3, pp. 18-19]

Jean Colins, fils de Pierre Colins et de sa première épouse Marguerite Ots dite Heyns.  La seconde épouse de son père, Agnès Vilain (de Steenkerque ?), était veuve de Jacques de le Pasture, qui fut bailli de Saintes.  Jean est né vers 1530.  Il tenait le fief seigneurial de Drypikkels, acheté le 13/07/1575 à Denis Clément.  Il était aussi seigneur de Ter-Meeren, par héritage et relief du 20/01/1577, et peut-être seigneur de Heetveld.  On le cite comme échevin d’Enghien en 1576-1577 et 1587-1589, bailli et receveur de Mussain de 1576 environ à son décès, arrivé le 07/05/1605.  Il était aussi capitaine de la bourgeoisie d’Enghien et, en cette qualité, contribua à repousser un corps de l’armée des Etats qui voulut forcer la ville le 09/08/1580. [E. MATTHIEU, Hist. d’Enghien, p. 228]

Il fut inhumé à côté de son père, dans la chapelle du béguinage.  Quand cette chapelle fut démolie [E. MATTHIEU, Hist. d’Enghien, p. 585], leurs cendres furent transportées par les soins de leurs fils et petits-fils, dans un caveau de l’église Saint-Nicolas, sous une épitaphe qui les intitulait « nobiles domini » et qu’ornait un écu.

Il avait épousé Jeanne Hysmans, qui mourut le 04/11/1616, veuve premièrement de Louis le Febvre dit Boussart, fille de Pierre, seigneur d’Horlebecq, échevin d’Enghien, homme de fief de Hainaut, et de Michelle, dite Adrienne, de Froidmont.  Ils eurent 3 fils et 2 filles, dont le célèbre historien d’Enghien Pierre Colins.

  • En 1627, Antoine de Hermont est bailli de la terre et seigneurie de Mussain.  Il était Bourgmestre de Bruxelles et seigneur du Parc.
  • 1784 : Jean Joseph Monthiron [ ?].
  • 1786 : van der Houdelinghen, également greffier.

.

Les mayeurs de Mussain

(…)

.

Les échevins de Mussain

  • En 1487, Josse Huart, échevin de Mussain est homme de fief d’Antoine d’Enghien, seigneur de Saintes et du Pont « en sa cour de Saintes », et porte les mêmes armoiries que Henri Huart, échevins de Saintes en … 1435 … et homme de fief d’Englebert d’Enghien, seigneur de Saintes en … 1457 …, dont il est le fils ou le petit-fils. [Tablettes de Brabant, t. 6, p. 46 – AGR, Abbaye Wauthier-Braine, c. 4007 – DE RAADT, Sceaux armoriés, t. 2, p. 121].  En 1481, Jehan Huart, dit de Langele, fils de Josse, achète une maison près du tilleul de Herbeq. [AGR, GS Saines, 9012]  Il occupe en 1501-1502 une cense franc alleu à Quehain, sous Saintes, et possède à Pepingen un fief venant de son frère Janin.  Jean Huart eut – semble-t-il – un fils, Regnier Huart dit de Langele « fils de feu Jean ».  Regnier Huart décéda avant 1554, ayant épousé Catherine Luyckx, fille de Guillaume et de Barbe Collins.  Par devant les échevins de Saintes, il achète, le 6 février 1507, des biens à Saintes [AGR, GS Saintes, 9012], où il occupe, comme son père Jean Huart, la cense franc alleu sise à Quehain. [AEMons, Chap. Ste Waudru, Recettes de Hal-Enghien 1528-1532]  Regnier Huart possède également à Pepingen un fief comprenant une maison et un jardin « derrière l’église », fief qui sera successivement relevé par son fils Jean Huwart, mayeur de Pepingen, et ses descendants jusqu’au milieu du XVIe siècle. [AGR, GS Saintes, 9012, f° 26]  Lors du relief par Josse Huart, arrière-petit-fils de Regnier, le 8/08/1629, la maison constituant le fief est dénommée « maison paternelle ». [AGR, GS Saintes, 9012, f° 40]  Regnier Huart possédait également des biens à Kester et à Heikruis.

.

ARTICLE ENCORE EN CHANTIER – Les listes sont incomplètes

.

Dernière version : 18/07/2013 – © Luc DELPORTE

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *