La chaussée d’Enghien

La chaussée d’Enghien

La construction de la chaussée actuelle de Halle à Ath fut décidée en 1765.  Après trois ans de travaux, la route fut terminée, la section de Halle à Enghien à la fin de juin 1769, et la section d’Enghien à Ath au mois d’octobre de la même année. [E. MATTHIEU, Histoire de la ville d’Enghien, Mons, 1876, pp. 248-253]

Cette grand route de Halle à Enghien a été refaite et bétonnée, dans son tronçon de Saintes, en 1933. [G.P. SPEECKAERT, Histoire de Saintes, manuscrit, p. 20.] 

Au sujet de l’ancien tracé du chemin qui conduisait de Halle à Enghien, Fr. Martens écrit ce qui suit : « Anciennement, on pouvait se rendre de Hal à Enghien, et vice-versa, par deux chemins différents ; le premier, le plus direct, passait par Bierghes, le second par Hautecroix. 

On suivait d’abord la chaussée de Mons sur une longueur de 130 verges environ ; à gauche de cette chaussée on voyait ici deux maisons, le chemin d’Enghien abandonnait là la chaussée et tournait à droite.  A peu près 110 verges plus loin, le vieux chemin croisait la nouvelle route et la longeait à gauche jusqu’au lieu appelé Clirpriau à environ 500 verges de la ville, où l’on voyait quelques maisons.  A ce point, le vieux chemin passait à droite de la chaussée et bifurquait immédiatement en deux embranchements que nous venons de citer.  Le premier tournait les maisons de Malavisé et revenait à la chaussée 65 versges plus loin, un peu en deçà d’une chapelle située à la gauche de la chaussée ; il suivait alors celle-ci sur une longueur de 60 verges et envoyait à droite un embranchement dans la direction de Lembecq.  Ensuite le chemin abandonnait la chaussée, qu’il longeait un peu à droite, jusqu’à la montagne de Bierghes. 

A Saintes, il croisait un chemin venant de Hautecroix et passant devant le château de Mussain.  A la hauteur de la montagne de Bierghes, notre route revenait à la chaussée, la suivait sur une courte distance de 15 verges, tournait ensuite un peu à droite et retraversait la chaussée au pied de la montagne. 

Ici, la vieille route quittait définitivement la chaussée, qu’elle laissait assez loin à sa droite ; elle passait devant le Steenkippe, une carrière où les Enghiennois s’approvisionnaient anciennement de bordières pour leurs chemins.  Elle traversait ensuite le centre de Petit-Enghien où elle rencontrait un chemin venant du bois de Stéhou [lire : Strihoux] et allait à Hoves ; elle se rapprochait alors insensiblement de la chaussée, passait encore sur deux chemins, croisait la voie romaine et rejoignait la chaussée à environ 170 verges du centre d’Enghien. 

A 50 verges plus loin, bifurquait l’embranchement allant d’Enghien à Hal par Hautecroix ; à 500 verges de ce point, cet embranchement rencontrait la voie romaine et la suivait sur une distance de 200 verges ; il quittait alors cette voie et se dirigeait vers Hautecroix en contournant le bois de Strihoux. 

De Hautecroix, notre chemin prenait la direction du château de Mussain, qu’il laissait un peu à droite ; mais avant d’y arriver, il envoyait encore un embranchement à droite, vers Bierghes et passant par le château de Ham ; du château de Mussain le chemin allait en ligne droite à Malavisé où il rencontrait l’autre embranchement. » [Fr. MARTENS, ???, dans Annales du Cercle archéologique de Hal, ???, 1926, pp. ???]

S plan Chaussée 01-02 GPS

.

ARTICLE ENCORE EN CHANTIER

.

Dernière version : 07/07/2013 – © Luc DELPORTE

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *