Le Chemin de Croix de l’église Sainte-Renelde

Le 22 février 1834, à l’intervention du curé Jacquet, un Chemin de Croix en simple lithographies noires était placé dans l’église de Saintes.  Il fut béni en 1843 par l’abbé Maes, curé de Bossut. 

Ego infrascriptus pastor in parochia de Bossut, per rescriptum 7 januarii 1837 ad hac a Sancta Sede approbatus, le licencia Eminetissimi Cardinalis Sterkx Archiepiscopatus Mechlieniensis die 13a februari 1843 obtenta et in scriptis die 1a februari a Reverendo Domino Jacquet hujus parocho specialiter rogatus, debita instructione populo ad hac congreto facta, hodie 22a februari 1843 in ecclesia Sanctae Reineldis in Saintes benedixi magnam crucem cupre … passionis, quatuordecim minores erunt lignias, et quatuordecim imagines chartanes oblonges in quadris et in vitris infixas, represententes quatuordecim stationes calvarii, scillicet a pretorio Pilati utque ad sepulchrim Christi, eas in medio dicta ecclesia parieti affixi, incipio a corna Evangelii et finiendo ad corna Epistola, et canonice erexi et in perptetuum canonice erectam declaravi prout per presentes declaro, Viam Crucis seu quatuordecim stationes calvarii, cumomnibus privilegiis et indulgentiis a Romanis Pontificibus ipsis adnexis ab omnibus Christi fidelibus eas devoti visitantibus. Urandas, servatis a jure servandis, in cujus fidem hoc testimonium scripsi et reliqui a me et a reverendo Domino parocho hujus ecclesiae signatum.  Datum Stae Reineldis in Saintes die 22a februarii 1843. J. Maes, pastor in Bossut.

Le Chemin de Croix actuel de l’église de Saintes est l’oeuvre du peintre Carpentier, de Saint-Josse-ten-Noode.  Commandé par le curé Steen, qui jugeait que la paroisse devait en avir un plus important, il fut installé dans l’église en 1867.  Peint selon les indications du curé, il fut achevé le 1er mai 1867 et érigé cannoniquement le 27 octobre de la même année par les R.P. Récollets résidents au couvent de Montignies-sur-Sambre, après une mission solennelle.

Les stations, qui revenaient à 150 francs chacune, furent offertes par les personnes suivantes, dont les noms étaient jadis inscrits sur les cadres des tableaux : Philippe Steen, Anne-Joseph Schoenmaeker, J.B. Van Holler, Charles Huart, Adrien Yernault, Adrien Coupez, Désiré Coupez, Guillaume-Joseph Gondry, Armand-Auguste d’Eesbeeck (baron de Mussain), Alexandrine comtesse de Golstein (baronne de Mussain) et Georges-François Jacquet.  Les noms ont depuis disparus. 

Dernière version : 19/06/2013 – © Luc DELPORTE

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *